Information for Canadian Schools

INFORMATION POUR LES ÉCOLES CANADIENNES

Genspect is an international alliance of thousands of concerned parents and professional groups whose aim is to advocate for parents of gender-questioning children.  Parents, including many Canadians, are concerned that their children are not receiving the appropriate treatment or support, and most of them do not feel free to speak out.  Genspect wants to see schools, colleges, and universities hold a neutral space for the rapidly growing number of students who wish to explore their gender identity (Littman), while providing supportive environments for students, so that they feel neither encouraged nor discouraged to follow certain pathways.

Guidance for schools

Genspect has written a Brief Guidance for Schools and a Brief Guidance on Social Transition to assist staff to navigate this area. We invite you to read it and to learn more about Genspect’s evidence-based training materials and courses for school communities.

We are currently raising public awareness of the issues facing gender-questioning children and young people. We wish to help create a society that supports gender non-conformity — one that does not require the heavy burden of medical treatment. We acknowledge that gay, lesbian, and bisexual youth are often gender non-conforming and, we support an approach that allows adolescents to explore their sexuality and gender expression with freedom and acceptance, rather than suppressing hormonal development with medication.

We advocate for an evidence-based approach to gender distress, and we would like health-care professionals to take the time and care to evaluate the low-quality evidence base for the current affirmative approach, looking more closely at the harms that medical treatment pathways can cause. We also ask schools to consider their roles.

Gender dysphoria in young people

Historical evidence shows that when gender dysphoria presents in childhood, most cases resolve naturally, with 61%-98% of children reidentifying with their biological sex during puberty (Steensma). No studies to date have evaluated the natural course and rate of gender dysphoria resolution among the new cohort of adolescents presenting with adolescent-onset gender dysphoria.

In recent years, the number of young people being referred to specialist clinics for gender dysphoria has increased dramatically. Many with gender dysphoria also have autism spectrum disorder (ASD) or ADHD diagnoses.

Other mental health diagnoses and childhood trauma also occur at higher rates among gender-questioning young people (Cambridge). This is a significantly under-researched and rapidly growing phenomenon, and this is why we encourage a cautious and compassionate approach.

There are myths circulating that puberty blockers and cross-sex hormones are safe. Sadly, this is not true. There are long-term and serious health risks associated with both, which the national governments of the UK, Finland, and Sweden have reviewed in recent months and have begun taking a more cautious stance.

Risks of social transition & the role of the school

Many organisations who campaign for transgender rights advise schools to “affirm” students’ gender identity, encouraging the use of names and pronouns requested by students and letting students use the bathroom that matches their gender identity. This is part of a process known as social transition, which is a powerful psychotherapeutic intervention with far-reaching consequences.  It increases the likelihood of medical transition, and experts have advised that it should not be carried out without clinical supervision (Zucker). It has been shown that children and young people with gender dysphoria who socially transition are more likely to continue to feel unhappiness with their birth sex and go on to medical interventions including puberty blockers, cross-sex hormones, and surgery that can cause early-onset osteoporosis, infertility, and sexual dysfunction, among other issues (Steensma).

While well-intentioned, affirming a student’s gender identity or publicly celebrating a transgender student’s courage are not neutral actions, and they can unintentionally influence students’ identity formation. Identity formation is an important psychosocial stage of development for young people from 12 to 25 years of age (Erikson). The role of the school is to foster a tolerant and caring approach to all students and to ensure there is no bullying or hostility towards any student. It is not the role of the school to push a particular identity formation.

Local authorities need to maintain professional records according to legal requirements. This helps to avoid confusion in correspondence and communications. Requests for name changes might be made – students have used alternative names for generations – but this does not mean that educators are required to accept these name changes in all circumstances. This is a matter that must be discussed among the educators, the parents, the relevant mental health professionals, and the student.

Gender dysphoria and trans-identification are complex phenomena beyond the remit and training of educators. Schools must liaise with parents in a collaborative approach to determine the appropriate support that the school should provide and considering the wider student population in doing so. This collaborative approach is necessary if social transition is determined to be an appropriate step.

Gender affirmation has no long-term evidence base

The gender identity affirmative approach is a new approach to gender and is not supported by any long-term evidence. It has its advocates and critics. A recent legal case in the UK analysed 3000 pages of evidence and found that puberty blockers should not be prescribed without considerable caution (Bell vs Tavistock Judgement). The sharp rise in the number of people detransitioning, that is, returning to their natal sex having medically transitioned, has not yet been analysed and, as such, it is important that clinicians make sure they do not inadvertently cause harm to their clients by foreclosing any further exploration of identity by undertaking a full social and medical transition. Likewise, schools must be wary of the part they may play in this cementing of a child’s identity.

Over 95% of young people with gender issues who take medication to delay the progression of puberty of their birth sex go on to take cross-sex hormones (Steensma). Recent reviews of the latest research on medical interventions for gender-dysphoric youth in the UK (BBC), USA, Finland (SEGM), and Sweden found that the evidence of the benefits of these treatments did not outweigh their risks.

Research has found that the majority of patients with childhood-onset gender distress who are not treated with affirmative social transition or medical interventions naturally grow up to be lesbian, gay, or bisexual (Cantor).

The Chair of WPATH’s (World Professional Association for Transgender Health) adolescent committee says that social transition by schools without parental knowledge is a bad idea in 99% of circumstances.

Advocacy groups and materials in schools

We are aware that several political pressure groups have produced materials for schools, which unfortunately promote non-evidence-based ideas.

Resources used in teaching about this topic must always be age-appropriate and evidence-based. Materials that suggest that non-conformity to gender stereotypes should be seen as synonymous with having a different gender identity should not be used, and we advise you to not work with external agencies or organisations that produce such material. While teachers should not suggest to a child that their non-compliance with gender stereotypes means that either their personality or their body is wrong and in need of changing, teachers should always seek to treat individual students with sympathy and support.

Schools must teach the facts about sex. There is no scientific or legal basis for teaching children the idea that all human beings are born with an innate sense of being male or female and that this feeling overrides their biological sex in determining whether they are boys or girls.

We also invite you to consider how you will support the growing number of detransitioners and desisters your school will likely encounter in the near future, ensuring full inclusivity for those who wish to reidentify with their natal sex. This article by a parent of a desister has important points for you to consider.

Genspect and their partners have a wealth of information and professionals available to offer advice for any of these issues. Our professionals include experienced lawyers, doctors, SEND (special educational needs and disabilities) specialists, and psychotherapists, including two former employees of the UK children’s Tavistock gender clinic.

Please browse the rest of our website, which contains further materials which can help you navigate this issue, and provides further context which you may find useful.  

We also invite you to learn more about Genspect’s evidence-based training materials and courses for school communities.

Yours sincerely,

Genspect for Canadian Parents

Resources

BBC. “The crisis at the Tavistock’s child gender clinic.”  2021, https://www.bbc.co.uk/news/uk-56539466.

BBC. “Evidence for puberty blockers use very low, says NICE.” 2021, https://www.bbc.co.uk/news/health-56601386.

BBC. “Evidence for puberty blockers use very low, says NICE.” 2021, https://www.bbc.co.uk/news/health-56601386.

Bell vs Tavistock Judgement. 2020, https://www.judiciary.uk/wp-content/uploads/2020/12/Bell-v-Tavistock-Judgment.pdf.

BBC. “The crisis at the Tavistock’s child gender clinic.”  2021, https://www.bbc.co.uk/news/uk-56539466.

Cambridge. “Sex, gender and gender identity: a re-evaluation of the evidence.” 2020, https://www.cambridge.org/core/journals/bjpsych-bulletin/article/sex-gender-and-gender-identity-a-reevaluation-of-the-evidence/76A3DC54F3BD91E8D631B93397698B1A#article.

Cantor, James. “Transgender and Gender Diverse Children and Adolescents: Fact-Checking of AAP Policy.” 2019, https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/0092623X.2019.1698481.

Erikson, Erik. Identity. 1968, https://wwnorton.com/books/9780393311440/about-the-book/product-details.

Littman, Lisa. Parent reports of adolescents and young adults perceived to show signs of a rapid onset of gender dysphoria, 2018, https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0202330.

Steensma, Thomas. Desisting and persisting gender dysphoria after childhood: A qualitative follow-up study, 2011, https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1359104510378303.

Zucker, K. “Debate: Different strokes for different folks.” 2019, https://acamh.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/camh.12330.

En Francais

Genspect est une alliance internationale de milliers de parents, de groupes de parents et de professionnels de la santé inquiets, dont l’objectif est de représenter les parents d’enfants en questionnement de genre. Les parents s’inquiètent que leurs enfants ne reçoivent pas le traitement ou le soutien approprié, et beaucoup d’entre eux ne se sentent pas libres de s’exprimer. Genspect souhaite que les écoles, les collèges et les universités adoptent une position de neutralité à l’égard des étudiants, de plus en plus nombreux, qui souhaitent explorer leur identité de genre (Littman), tout en leur offrant des environnements soutenants, afin qu’ils ne se sentent ni encouragés ni découragés à emprunter certaines voies.

Conseils aux écoles

Les psychologues de Genspect ont rédigé un « bref guide à l’intention des écoles » et « bref guide à la transition sociale » pour aider le personnel à s’orienter dans ce domaine et aussi https://genspect.org/schools/ .

Nous nous attachons actuellement à sensibiliser le public aux problèmes auxquels sont confrontés les enfants et les jeunes en questionnement de genre. Nous souhaitons contribuer à la création d’une société qui soutient la non-conformité de genre — une société qui ne nécessite pas le lourd fardeau d’un traitement médical. Nous reconnaissons que les jeunes gays, lesbiennes et bisexuels sont souvent non conformes au genre et, plutôt que de supprimer le développement hormonal par des médicaments, nous défendons une approche qui permet aux adolescents d’explorer leur sexualité et l’expression de leur genre avec liberté et acceptation.

Nous plaidons en faveur d’une approche de la détresse de genre fondée sur des données probantes, et nous aimerions que les professionnels de la santé prennent le temps et le soin d’évaluer la base de données probantes de faible qualité de l’approche affirmative, en examinant de plus près les préjudices que les voies de traitement médical peuvent causer.

La dysphorie de genre chez les jeunes

Les données historiques montrent que lorsque la dysphorie de genre se manifeste dans l’enfance, la plupart des cas se résolvent naturellement, 61 % à 98 % des enfants se réidentifiant à leur sexe biologique au cours de la puberté (Steensma). Aucune étude à ce jour n’a évalué l’évolution naturelle et le taux de résolution de la dysphorie de genre parmi la nouvelle cohorte d’adolescents présentant une dysphorie de genre à l’adolescence.

Au cours des dernières années, le nombre de jeunes orientés vers des cliniques spécialisées pour une dysphorie de genre a augmenté de façon spectaculaire. De nombreux adolescents souffrant de dysphorie de genre présentent également des troubles du spectre autistique (TSA) ou un diagnostic de TDAH.

D’autres diagnostics de santé mentale et les traumatismes de l’enfance sont également plus fréquents chez les jeunes en questionnement de genre. (Cambridge) Il s’agit d’un phénomène très peu étudié et en pleine expansion, et c’est pourquoi nous préconisons une approche prudente et compatissante.

Il y a des mythes qui circulent selon lesquels les bloqueurs de puberté et les hormones sexuelles croisées sont sans danger. Ce n’est pas le cas. Il y a de sérieux risques de santé à long terme associés à ces deux substances, que les gouvernements nationaux du Royaume-Uni, de la Finlande et de la Suède ont examiné au cours des derniers mois et se montrent plus prudents.

Les risques de la transition sociale et le rôle de l’école

De nombreuses organisations qui militent pour les droits des transgenres conseillent aux écoles d’« affirmer » l’identité de genre des élèves en encourageant l’utilisation des noms et des pronoms demandés par les élèves, et en laissant les élèves utiliser les toilettes qui correspondent à leur identité de genre. Cela fait partie d’un processus connu sous le nom de transition sociale, qui est une intervention psychothérapeutique puissante lourde de conséquences. Elle augmente la probabilité d’une transition médicale et les experts ont conseillé de ne pas y recourir sans supervision clinique (Zucker). Il a été démontré que les enfants et les jeunes souffrant de dysphorie de genre qui effectuent une transition sociale sont plus susceptibles de continuer à se sentir malheureux par rapport à leur sexe de naissance, et de passer à des interventions médicales, y compris des bloqueurs de puberté, des hormones sexuelles croisées et de la chirurgie (Steensma).

Bien que bien intentionnées, l’affirmation de l’identité de genre d’un élève ou la célébration publique du courage d’un élève transgenre ne sont pas des actions neutres et peuvent involontairement influencer la formation de l’identité des élèves. La formation de l’identité est une étape importante du développement psychosocial des jeunes de 12 à 25 ans (Erikson). Le rôle de l’école est de favoriser une approche tolérante et bienveillante à l’égard de tous les élèves et de veiller à ce qu’il n’y ait pas d’intimidation ou d’hostilité envers un élève. Ce n’est pas le rôle de l’école de pousser une formation identitaire particulière.

Les autorités locales doivent tenir des dossiers professionnels conformément aux exigences légales. Cela permet d’éviter toute confusion dans la correspondance et les communications. Des demandes de changement de nom peuvent être faites — les élèves utilisent des noms alternatifs depuis des générations — mais cela ne signifie pas que les éducateurs sont tenus d’accepter ces changements de nom dans toutes les circonstances. Il s’agit d’une question qui doit être discutée par les éducateurs, les parents, les professionnels de la santé mentale concernés et l’élève.

La dysphorie de genre et la transidentification sont des phénomènes complexes qui dépassent le mandat et la formation des éducateurs. Les écoles doivent travailler avec les parents dans le cadre d’une approche collaborative afin de déterminer le soutien approprié que l’école doit fournir, en tenant compte de la population étudiante dans son ensemble. Cette approche collaborative est nécessaire si la transition sociale est considérée comme une étape appropriée.

L’affirmation du genre ne repose sur aucune preuve à long terme

L’approche de l’affirmation de l’identité de genre (également connue comme « l’approche affirmative ») est une nouvelle approche de la question du genre et elle n’est soutenue par aucune étude à long terme. Elle a ses partisans et ses détracteurs. Une récente affaire judiciaire au Royaume-Uni a analysé 3000 pages de preuves et a conclu que les bloqueurs de puberté ne devraient être prescrits que très prudemment (jugement Bell vs Tavistock). La forte augmentation du nombre de personnes qui détransitionnent, c’est-à-dire qui retournent à leur sexe d’origine après avoir effectué une transition médicale, n’a pas encore été analysée et, de ce fait, il est important que les cliniciens s’assurent qu’ils ne causent pas de préjudice à leurs clients par inadvertance, ces derniers pouvant mettre court à une exploration plus approfondie de leur identité en effectuant une transition sociale et médicale complète. Dans le même ordre d’idées, les écoles doivent se méfier du rôle qu’elles peuvent jouer dans ce cimentage de l’identité de l’enfant.

Plus de 95 % des jeunes ayant des problèmes liés au genre qui prennent des médicaments pour retarder la progression de la puberté de leur sexe de naissance prennent ensuite des hormones sexuelles croisées (Steensma). De récentes méta-analyses des dernières recherches sur les interventions médicales destinées aux jeunes dysphoriques de genre au Royaume-Uni (BBC), aux États-Unis, en Finlande (SEGM) et en Suède ont révélé que les bénéfices de ces traitements ne surpassaient pas leurs risques.

Les recherches ont montré que la majorité des patients souffrant de détresse de genre pendant l’enfance et qui ne font pas l’objet d’une transition sociale affirmative ou d’interventions médicales grandissent naturellement et deviennent lesbiennes, gays ou bisexuels (Cantor).

La présidente du comité des adolescents de WPATH affirme que la transition sociale par les écoles à l’insu des parents est une mauvaise idée dans 99 % des cas.

Groupes de défense des droits et matériel dans les écoles

Nous sommes conscients que plusieurs groupes de pression politiques ont produit des documents destinés aux écoles, qui promeuvent des idées qui ne reposent pas sur des données probantes.

Les ressources utilisées pour l’enseignement de ce sujet devraient toujours être adaptées à l’âge des élèves et fondées sur des connaissances fondées. Les documents qui suggèrent que la non-conformité aux stéréotypes de genre devrait être considérée comme synonyme d’une identité de genre différente ne devraient pas être utilisés et vous ne devriez pas travailler avec des agences ou des organisations qui produisent de tels documents. Les enseignants ne devraient pas suggérer à un enfant que sa non-conformité aux stéréotypes de genre signifie qu’il est dans le « mauvais corps » ou que sa personnalité n’est pas adéquate et qu’il doit changer, ils devraient toujours simplement chercher à traiter chaque élève avec bienveillance et avec le soutien nécessaire.

Les écoles doivent enseigner les faits concernant le sexe.

Il n’existe aucune base scientifique ou juridique pour enseigner aux enfants l’idée que tous les êtres humains naissent avec un sentiment inné d’être un homme ou une femme, et que ce sentiment prime sur leur sexe biologique afin de déterminer s’ils sont des garçons ou des filles.

Nous vous invitons également à réfléchir à la maniére dont vous allez soutenir le nombre croissant de détransitionnaires et désoeuvres que votre école rencontrera probablement dans un proche avenir, en garantissant une inclusion totale pour ceux qui souhaitent se réidentifier à leur sexe natal. Ce article (en anglais) d’un parent d’une désoeuvre a des point importants à considérer.

Genspect et ses partenaires disposent d’une mine d’informations et de professionnels disponibles pour offrir des conseils sur toutes ces questions. Nos professionnels incluent des avocats, des médecins, des spécialistes des besoins éducatifs spéciaux et des handicaps (BEP) et des psychothérapeutes expérimentés, dont deux anciens employés de Tavistock, une clinique spécialisée sur l’identité de genre pour enfants.

Veuillez vous référer à notre site web pour de plus amples informations.

Nous vous invitons également à en savoir plus sur les supports de formation et les cours basés sur des preuves de Genspect pour les communautés scolaires.

Cordialement,

Genspect pour les parents canadiens

Share via
Copy link
Powered by Social Snap